Aprotec, Let’s go 3e génération !

Ad Valoris

Inside

Posté le 28 février 2019

Aprotec, Let’s go 3e génération !

« Prendre la tête d’une entreprise familiale de plus de 70 collaborateurs n’est pas un long fleuve tranquille », témoigne Anne-Sophie Dunand-Blaesi, directrice générale d’Aprotec SA, société leader suisse des installations de secours et de sécurité. Raison pour laquelle elle a décidé de mener son programme d’intelligence organisationnelle avec l’aide d’Ad Valoris. 6 questions posées à cette dirigeante engagée, sur les tenants et aboutissants de la mission.

ADV. Dans quel contexte s’inscrit votre collaboration avec Ad Valoris ?
A-S.D-B. 4 ans après mon arrivée dans l’entreprise familiale, il m’a semblé nécessaire de faire le point sur la direction et l’organisation interne d’Aprotec. Mon père s’est peu à peu retiré de l’opérationnel et je me suis retrouvée à la direction de l’entreprise avec deux autres directeurs.
Il m’a rapidement semblé opportun d’engager un programme de réorganisation portant sur la structure de mon comité de direction, mais aussi sur certains processus de notre chaîne de valeur. Pour cela, j’avais besoin d’un conseil externe et d’une expertise en la matière. Ma rencontre avec Philippe Vignon et la découverte d’Ad Valoris ont achevé de me convaincre.

Quels objectifs poursuivez-vous ?
Philippe m’aide à définir une nouvelle vision et la traduire en objectifs concrets afin de mener efficacement la transition entre la 2e et la 3e génération de management, que j’incarne dorénavant. Cela permettra aussi de gagner en performance sur le plus d’aspects possible.

Comment s’est engagée la mission ?
On ne gère pas un tel projet sans en partager le sens avec les collaborateurs de l’entreprise. Nous avons donc initié notre travail par une communication transparente à l’ensemble de nos collaborateurs. Une fois les objectifs connus de tous, nous avons débuté la mission par la réorganisation du comité de direction, ce qui m’a amené à engager un directeur supplémentaire, avec une expérience et des compétences complémentaires à celles de l’équipe en place.

De votre côté, comment vivez-vous cette expérience ?
Avant de s’engager dans ce genre de programme, on s’interroge naturellement sur sa capacité à mobiliser du temps pour travailler sur sa propre évolution et manager en parallèle le changement dans l’organisation.
En ce qui me concerne, j’ai besoin d’être en totale confiance avec mes interlocuteurs ; Philippe et les consultants d’Ad Valoris ont su en créer les conditions. Je me sens épaulée dans ma nouvelle fonction par des interlocuteurs objectifs, avec une façon de travailler qui amène beaucoup de clarté.
Bien sûr, l’évolution d’une organisation de plus de 70 personnes ne se fait pas sans questionnement, sans réticences. Ad Valoris me conseille sur les moyens de réduire les résistances et les inquiétudes, de donner du sens.
Nos responsables de service ont tous rencontré les consultants d’Ad Valoris et ont pu poser leurs questions en toute transparence.
Mon comité de direction se réunit une fois par semaine avec Philippe, afin de créer et partager une vision commune et structurer les prochaines étapes. Pour ma part, j’apprécie beaucoup de tenir ces séances « hors bureaux » dans les locaux d’Ad Valoris. Cela me permet de « sortir la tête du guidon ». J’y trouve la quiétude nécessaire pour traiter les sujets et prendre les bonnes décisions stratégiques.

En mobilisant quel temps ?
Il est évident qu’on ne peut viser de tels objectifs sans s’investir. Je consacre plusieurs heures par semaine à la mission, non seulement pour obtenir rapidement des résultats, mais aussi parce que le sujet est réellement passionnant. Il faut néanmoins faire preuve de patience et de pondération, accepter certaines remises en question et gérer sereinement les points sensibles.

5 mois après le lancement de la mission, qu’avez-vous résolu ?
Tout d’abord, le moyen de réfléchir et commencer à mettre en œuvre une réforme d’ampleur, tout en étant enceinte de mon 2e enfant. Ad Valoris m’a aidé à dépasser les tâches chronophages pour me consacrer pleinement à la pérennisation de mon entreprise.
Une nouvelle direction générale, un comité de direction qui commence à monter en puissance, une clarification des rôles et des responsabilités, la simplification de certains processus, m’apportent d’ores et déjà une belle satisfaction. Nous n’en sommes qu’au début, mais les bénéfices sont là en termes de cohérence et d’efficacité.
« Lets’go 3e Génération » se poursuivra toute l’année 2019. Rendez-vous est déjà pris pour vous relater les changements opérés !

capture-decran-2019-02-28-a-18-18-12

 

conseil

Posté le 7 mars 2019

Le «design thinking», une boîte à outils pour les PME

Ce concept né dans la Silicon Valley améliore les processus de l’entreprise en encourageant l’innovation. Explications du chercheur Stéphane Vial.

 

marché

Posté le 13 février 2019

PME, faites votre révolution numérique!

Les entreprises doivent assurer le présent tout en préparant l’avenir. Les managers sont en première ligne de cette «gestion ambidextre». Comment faire lorsque l’on ne...

 

management

Posté le 14 septembre 2018

Comment les politiques de bureau biaisent le recrutement des hauts potentiels

Politique de favoritisme, de priorité à l’ancienneté… Plusieurs dynamiques empêchent les entreprises d’identifier et de promouvoir les salariés les...

 

innovation

Posté le 21 février 2019

50 idées de business à lancer en 2019

Vous souhaitez créer une nouvelle entreprise ou compléter une offre existante? Voici 50 idées qui font parler d’elles à l’étranger, commentées par...

 

lifestyle