Les différents types d’organigramme d’entreprise

Il existe différents formats d’organigrammes d’entreprise dont le choix dépend du niveau de détail souhaité, de la complexité de la structure l’organisation, ou encore de la culture d’entreprise.

Cet article vous en présente quelques-uns parmi les plus répandus.

Organigramme hiérarchique

Ce type d’organigramme est le plus répandu. Il est souvent d’une forme pyramidale, dans laquelle un groupe ou une personne se trouve au sommet, tandis que ceux détenant moins de responsabilités se retrouvent en dessous. Dans ce type de structure, les membres communiquent généralement avec leurs supérieurs hiérarchiques, et leurs subordonnés.

type-orga1

Illustration d’un organigramme hiérarchique « classique »

A noter que l’on appelle également ce type d’organigramme un organigramme en « râteau », en « bannière », ou en « pyramide », et que lorsque les éléments graphiques contiennent le nom des personnes et leur fonction, on parle d’organigramme « fonctionnel ».

Ces organigrammes ont l’avantage de leur simplicité et de leur clarté : chaque collaborateur, en tant que membre d’une équipe sait « sur le papier » auprès de qui il doit rapporter. Il peuvent cependant refléter des faiblesses de l’organisation, telles que le manque de coordination et de circulation de l’information entre les branches de la structure, ou encore le poids de la hiérarchie sur le personnel dont la prise d’initiative peut se retrouver freinée.

Plusieurs variantes de cet organigramme existent : ils conservent le principe de l’alignement des différentes unités de commandement. On retrouve ainsi l’organigramme en « arbre » (les agents d’un même niveau hiérarchique sont sur une ligne verticale), ou encore l’organigramme « replié » qui associe la présentation en « pyramide » avec la présentation en « arbre » :

type-orga2

Illustration d’un organigramme hiérarchique en « arbre »

type-orga3

Illustration d’un organigramme hiérarchique « replié »

Organigramme en trèfle

Une entreprise fonctionne parfois de manière plus collégiale, et souhaite mettre à égalité ses différentes fonctions. Il est alors possible d’utiliser un organigramme en « trèfle », dont le découpage le plus récurrent est celui des 4 fonctions suivantes : l’exploitation, la gestion, le financement et le prévisionnel.

type-orga4

Illustration d’un organigramme en « trèfle »

Organigramme circulaire :

Il existe d’autres représentations possibles pour les entreprises qui souhaitent mettre en avant un commandement non-hiérarchique.

Citons par exemple l’entreprise « Harley Davidson ». L’entreprise avait choisi de représenter sa structure par trois cercles : « créer la demande », « produire le produit » et « assurer le soutien ». Chaque cercle de l’entreprise disposait d’un ou plusieurs leaders, pouvant passer d’un cercle à un autre en fonction des besoins et du contexte. Les anciens membres de la direction de l’entreprise endossaient le rôle de sponsors et étaient en charge de dynamiser ces cercles.

Une analogie peut être faite avec les classes d’écoles : à chaque fin de cours, les élèves sortent de la salle de classe pour aller dans une autre et changer de matière. Pour les cercles, l’idée est similaire : à chaque de mission, il est possible de changer de cercle pour exercer une autre fonction.

type-orga5

Illustration de l’organigramme « circulaire » tel que pratiqué chez Harley Davidson

Organigramme planétaire

Dans ce modèle, on représente chaque unité de l’organisation avec ses services, et sa direction générale. On complète ensuite le schéma entre les différentes unités au travers de liaisons. On souhaite mettre ici l’accent sur la décentralisation et les délégations d’autorité.

type-orga6

Illustration d’un organigramme « planétaire » : Société des Nations, 1930

Organigramme normalisé

Les organigrammes normalisés sont ceux qui obéissent à une norme. L’utilisation d’une norme commune présente l’avantage de pouvoir effectuer des comparaisons au sein d’une entreprise, et avec d’autres entreprises. Cependant, leur réalisation est contraignante et leur lecture s’avère parfois difficile, ce qui explique que peu d’entreprises y ont recours.

Citons par exemple la norme NF Z 12 001 élaborée par l’AFNOR (Agence française de normalisation) qui propose un ensemble de règles particulières à respecter dans un organigramme. L’organigramme se présente de haut en bas ; tout trait est attribué à un seul membre ou à un service. Ainsi, chaque ligne ne peut englober qu’une seule personne.

type-orga7

Les différentes zones de l’organigramme normalisé ci-dessus sont les suivantes :

  1. Titre ;
  2. Codes ;
  3. Légendes des liaisons d’information et de coopération ;
  4. Structure hiérarchique (chaque chiffre correspond à un niveau hiérarchique) ;
  5. Liaisons (mise en évidence du type de liaison existant entre deux postes) ;
  6. Renvois (renseignements complémentaires par service) ;
  7. Renseignements concernant la fonction et les attributions du titulaire du poste ;
  8. Références (entreprise, service, date, numéro du feuillet) ;
  9. Références budgétaires (lorsque des budgets spécifiques existent leur code doit être inscrit) ;
  10. Effectifs cumulés (permet de mettre en évidence les effectifs globaux et leur répartition entre les différents secteurs).

Notre valeur ajoutée 

Les organigrammes, quelle que soit leur représentation choisie, sont des outils utiles pour visualiser la structuration d’une entreprise à un instant donné et pour pouvoir la communiquer.

Cependant, ceux-ci peuvent rapidement devenir obsolètes, surtout dans les entreprises connaissant une importante rotation du personnel. Ils peuvent donc rapidement perdre en pertinence s’ils ne sont pas mis à jour régulièrement. De plus, ils ne représentent que les relations « officielles » entre les différentes unités de l’organisation : ils ne contiennent pas les liens informels ou sociaux qui permettent pourtant à une entreprise d’opérer ou de se transformer. Enfin, bien qu’ils montrent les liens d’autorité dans une organisation, ils ne révèlent pas comment cette autorité est exercée, le style de management, ni les défauts de cette organisation.

Ainsi, nous préconisons d’intégrer la réalisation de votre organigramme dans une réflexion plus large de transformation de votre entreprise, ou d’optimisation de votre organisation. A cette fin, nous vous invitons à consulter notre offre sur l’intelligence organisationnelle pour aller plus loin.

 

icon danger

Diagnostic flash Ad Valoris

Quel est le modèle d’organisation le
plus adapté à votre entreprise ?

Accédez gratuitement à notre
test et nos experts vous délivreront
un diagnostic du modèle
d’organisation de votre entreprise.

Accédez gratuitement à notre test et nos experts
vous délivreront un diagnostic du modèle d’organisation
de votre entreprise.